[French] Dans cette histoire, Kristina Daviti raconte comment son père a dû payer une compensation (voir chapitre 1) à la famille d’une jeune fille après l’avoir compromise. Cette somme d’argent coutumier a apaisé la colère de la famille et a scellé le mariage entre les deux jeunes gens. L’histoire nous rappelle que le droit coutumier est encore très vivant aux Îles Salomon malgré la présence de la jurisprudence anglaise depuis plus de cent ans. Les deux systèmes coexistent et le gouvernement lui-même a encore recours aux paiements de compensations pour régler certains types de litiges. L’histoire se passe dans le sud de l’île de Malaita en 1993.

Taem dadi blong mi hem tekem wuman hem no tekem long saed long stretwe.

Quand mon père prit une femme, cela ne s’est pas passé normalement.

Oloketa i tekem hem from wuman ia nomoa hem laekem dadi blong mi. Bata wuman ia sapos long saed long iufala olketa waetman iufala kolem prinsis ia, samting olsem, dota blong chif ia. Bata wuman ia, hem laekem nomoa dadi blong mi.

Ils l’ont prise parce que cette femme aimait mon père. Mais cette femme, chez vous les blancs, elle serait une princesse, la fille du chef. Cette femme aimait mon père.

Dadi blong mi hem fraetem hem, from hemi dota blong bigman. So dadi blong mi hem se : eh! Mi no fitim wuman ia, ia. Dadi blong mi no karem naf moni fo peem hem. So mi no laekem wuman ia ». Bat somehow, mami blong mi, nomoa nao. « Oh! Nomata man ia hemi no laekem mi, mi laekem hem. Mi mas maritim hem nao ».

Mon père était un peu réticent, car c’était la fille d’un homme important. Il dit : « Eh ! Je ne suis pas assez bien pour cette femme. Mon père n’a pas assez d’argent pour payer un prix de la fiancée adéquat. Donc, je n’en veux pas ». Mais la femme n’était pas de cet avis. « Même si cet homme ne veut pas de moi, moi je le veux. Je veux l’épouser ».

Mamai blong mi go stori wetem wanfala man hem save go fishing wetem dadi blong mi. Tufala stori long saed long plan tufala mekem ia. Man hem wakem plan fo wuman ia, hem se : « Bae taem iufala go long saedsi, iufala laetem shel, bae iu mas givim saen long mi ia. Saen bae iu wakem wetem lif blong kokonate bae iu laetem ».

Cette femme va parler à un homme qui va à la pêche avec mon père. Ils préparent un plan. L’homme qui met au point le plan pour la femme lui dit : « Quand toi et ta famille irez au bord de la mer ce soir pour ramasser les coquillages, tu me feras signe. Tu me feras signe avec une fronde de cocotier que tu auras allumée.

So long naet, man ia hem tekem dadi blong mi, tufala go fishing long naet long kanu. Den, olketa saed long mami blong mi, olketa go laetem sishel tu long night. So mami blong mi, taem hem kam falom saedsi olsem ia, hem mekem laet blong hem signol.

Cette nuit-là, cet homme vient chercher mon père ; tous les deux vont à la pêche de nuit. La famille de ma mère part (aussi) à la pêche de nuit. Quand ma mère arrive au bord de la mer, elle prépare son feu et fait son signal.

So man ia trikim dadi blong mi hem se : « Eh! Iu go soa, mi wande smoko bat nomoa masis long mi ia. Iu go soa tekem masis o faia long disfala laet ia wea hem olsem. Iu go holem faia, iu kam ia ». So long dea nao hao dadi blong mi tekem wuman ia ia.

L’homme joue un tour à mon père et lui dit : « Eh, va sur le rivage, je voudrais fumer mais je n’ai pas d’allumettes. Va sur le rivage chercher des allumettes ou du feu à cette flamme que l’on voit. Va chercher du feu et reviens. C’est comme ça que mon père a pris cette femme-là.

So detaem kom long mone, olketa long vilij, olketa kom holem akisi, bonaro ia, fo kam kilim olketa long saed vilij blong mifala noa ia. From olketa se man ia hem go stilim bigwuman blong olketa.

L’aube se lève le lendemain, les gens du village viennent avec des haches et des arcs et des flèches pour tuer les gens de notre village. Ils disent que mon père a séduit une femme importante de chez eux.

Bat olketa bigman long vilij blong mi, olketa se : « Oh! Samting hem olsem nao blong wanem iumi wande faeti. Evri trabol saed long mani nao hem finisim. Iven long waetman olsem tu, trabol hem kam, saed long prisin o faen hem nao fiksim. So wanem iufala wande raoa olsem. Iufala livim nomoa. Hao mas iufala kostem long wuman ia, mifala peem wuman ia tude ia.

Mais les grands hommes de mon village dirent : « Oh ! Mais pourquoi nous battons nous pour cela. Avec de l’argent, tout sera réglé. Même les blancs règlent leur problème par la prison ou une amende. Alors pourquoi voulez-vous vous battre comme cela. Laissez tomber. Dites combien vous voulez pour cette femme et nous la paierons aujourd’hui.

So olketa kostem long mami blong mi ia long toti redmani. Bata long mifala long saoti fofala string insaed wanfala ia. An iu mas fatham[1] gud ia. I no olsem nomoa wetem han blong iu ia, den iu livim. Nomoa! Iu olsem wetem han blong iu, olketa redmani mas hang daon long saed long front blong iu. So long dea nao, olketa sasim wuman ia olsem.

Ils fixèrent le prix de la fiancée pour ma mère à 30 colliers de coquillages rouges. Mais chez moi dans le Sud (de Malaita) chaque collier est fait de quatre brins. Et il faut que cela fasse un bon deux mètres. Il faut que cela soit plus long que la longueur du bras. Il faut mesurer avec les (deux) bras et que le collier pende devant soi. Ils fixèrent le prix de cette femme comme cela.

Wanem olketa pipol long vilij long dadi blong mi olketa mekem, olketa kolektem mani olsemgogo fitim disfala mani olketa talem ia. Olketa givim long dadi blong gel ia nao. Long dea nao, dadi blong mi hem maritim mami blong mi nao.

Ce que fit la famille de mon père c’est de réunir les colliers jusqu’à ce qu’ils en aient suffisamment. Ils les donnèrent au père de la fille. Et c’est comme cela que mon père a épousé ma mère.

Mitufala brata blong mi bon, mami blong mi ia hem stat siki nao, gogo olketa tekem go long kliniki. Olketa dokta and nese, olketa waka long hem, bat nomoa nao. So olketa pipol ia trae had wetem wuman ia, nomoa.

Après notre naissance à mon frère et à moi, ma mère est tombée malade. Ils finirent par l’emmener à la clinique. Les docteurs et les infirmières la soignèrent, mais sans succès. Ils essayèrent tout, mais rien n’y fit.

Den olketa waka long saed long kastom meresin, from olketa se kastom nao kilim hem. Bata nomoa tu. Gogo, mami blong mi ia hem dae nao. So hem dae, olketa go berem long semetari blong olketa tu, long saed long wuman. Hem no stap long saed long dadi blong mi. Hem nao marit blong dadi and mami blong mi nao ia.

Ils essayèrent ensuite la médecine traditionnelle car ils pensaient qu’elle avait reçu un sort. Mais rien n’y fit non plus. Ma mère finit par mourir. Après sa mort, ils l’enterrèrent dans leur cimetière, dans son village. Elle n’est pas enterrée dans celui de mon père. Et voilà l’histoire du mariage de mon père et de ma mère.

[1] Du mot anglais ‘fathom’ : mesure de longueur anglaise d’environ 2 mètres qui équivaut à l’envergure des bras humains adultes du bout d’une main à l’autre. Les monnaies de coquillages étaient traditionnellement mesurées de la sorte.