Basania et ses impôts

[French] Cette histoire, racontée ici par Jonathan Fifi’i en 1983, relate un fait avéré historiquement qui eût lieu en 1927 à Goonabusu, village situé dans la baie de Port Diamond, en pays Kwaio dans l’est de l’île de Malaita. Elle met en scène Monsieur Bell, l’administrateur colonial britannique responsable de cette partie de l’île, au moment où il vient collecter les impôts et Basiana, un guerrier (ramo) Kwaio, résidant dans la région. Il faut savoir que ces impôts avaient été imposés par les Anglais quelques années auparavant aux habitants de l’archipel salomonais. Ils devaient être acquittés en espèces. L’instauration de ces impôts eut lieu en parallèle avec le développement d’une économie de plantation de cocotiers dans les îles centrales de l’archipel dont le handicap premier était le manque de main-d’oeuvre. L’imposition de telles taxes à une population vivant exclusivement d’une économie de subsistance eut pour effet direct de forcer les hommes à s’engager pour des contrats de 2 ans (renouvelables) comme travailleurs de plantations loin de chez eux afin de gagner l’argent nécessaire au paiement de l’impôt.

1. Nao, mi wande tok aboatem samting hemi hapen long taem bifoa wea pipol baem takis blong olketa long faef selen. Nao, Basiana hemi garem onle fofala selen. Hemi garem fofala selen hemi kam kolsap long Mista Belo.

Je veux raconter quelque chose qui s’est passé à l’époque où les gens payaient leurs impôts cinq shillings. Basiana n’avait que quatre shillings. Il prit ses quatre shillings et alla voir Monsieur Bell.

2. Hem kam long Mista Belo nao finis, hemi se : « Oh, Mista Belo, my friend (bikos dattaem olsem Mista Belo hemi wande fo friend weitem Basiana ia, bikos hemi save Basiana hem man hemi lamo) iu sore long mi, nomata mi lusim wanfala selen, bata mi wande fo iu tekem foa selen nao ».

Il alla voir Monsieur Bell et lui dit : « Oh Monsieur Bell, mon ami (à cette époque Monsieur Bell voulait amadouer Basiana car il savait que ce dernier était un guerrier), je sais que vous ne serez pas content, car il me manque un shilling, mais je voudrais que vous acceptiez quatre shillings. »

3.  Mista Belo hemi se : « Nomoa, mi kan wandem, mi kan wandem foa selen. Lo hem meke tambu long hem. Mas faev selen ». Nao Basiana hem se : « Oh, bata mi no wakem mani, mi no wakem mani, mi no garem mani long aelan tu mekem mi save sensim wanfala selen ».

Monsieur Bell dit : « Non, je ne peux pas accepter, je ne peux pas accepter quatre shillings. La loi l’interdit. Il faut cinq shillings ». Basiana répondit : « Oh, mais je ne fabrique pas l’argent, je ne fabrique pas l’argent, je n’ai pas non plus d’argent local que je pourrais échanger contre un shilling. »

4. Nao Mista Belo sé : ‘Nomoa, iu mas duim nao. Iu trae go an askem olketa pipol blong iufala bambae olketa save givim’. Basiana hemi se : ‘Nomoa man blong mani hemi kani givim long mi’.

Monsieur Bell dit : « Tant pis, tu dois payer maintenant. Essaye de demander à tes proches s’ils peuvent t’aider ». Basiana répondit : « Non, les gens qui en ont ne peuvent pas m’en donner. »

5. Oraet. Mista Belo se : ‘No, iu go! Gobaek! Iu no kam askim mi fo lusim wanfala selen long mek faev selen’. Basiana hemi gobaek nao. Hemi sore smolfala bikos Mista Belo nao hemi no laekem maen blong hem.

Alors, Monsieur Bell dit : « Vas t-en ! Rentre chez toi ! Ne viens pas me demander de perdre un shilling sur un total de cinq. » Basiana s’en va. Il est un peu déçu parce que Monsieur Bell n’a pas aimé sa proposition.

6. Basiana long sem taem hemi go apu nao. Hemi gobaek long hom blong hem. Hemi gobaek long hom blong hem nao, go apu, go kasem hom blong hem.

Pendant ce temps-là, Basiana remonte. Il retourne chez lui. Il retourne chez lui, monte, arrive chez lui. (Note de l’auteur : le village de Basiana est en haut de la montagne).

7. Hemi talem long samfala pipol, hemi se : ‘Maewat! samting blong waetman, nomata iumi traem fo mekem man i sore long iumi,bat nomoa nao. Mi go baem takisi long fofala selen, bata Mista Belo hemi no letem fo mi nao. Nao wanem nao babae mi duim’?

Il parle à quelques personnes et dit : « C’est quelque chose ! Il y a quelque chose avec les blancs, quand on essaye de les apitoyer ça ne marche pas. Je suis allé donner quatre shillings pour mes impôts, mais Monsieur Bell n’a pas accepté. Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? »

8.  Basiana hemi tekem dafi blong hem. Disfala dafi hemi blong fofata blong hem ia, from olman blong hem. Hemi tambu. Disfala dafi hemi fo go long kalafule nomoa, kalafule hem minim fist ia, hem nomoa hemi save tekem. Bat fo taem eniwe, hemi no save tekem.

Basiana prend son Dafi[1]. Ce dafi lui provient de ses ancêtres par son père. Il est sacré. Ce dafi ne sert que lors des rituels importants, kalafule veut dire rituel. Il ne l’utilise que dans ces occasions-là. Autrement non, il ne l’utilise pas.

9. Holem disfala dafi, hemi torowe antop long ston. Torowe finis nao, hemi pikimafu olketa fisis hemi breke long hem, nao hemi go putum long haos.

Il prend le dafi et le jette contre un rocher. Il le jette, ramasse les morceaux qui en sont tombés et les rapporte dans sa maison.

10. Bat wanfala fis long hem, hemi grandim nao. Hemi garanim, garanim, garanim, garanim gogo hemi memeserim weitem wan selen, fo fitim wan selen. Nao, hemi garanim gogo finis, long naeti nomoa. Hemi no silifi. Hem garanim long ston. Wanfala blak ston. Hemi garanim gogo fitim selen.

Il garde un morceau et se met à le poncer. Il ponce, ponce, ponce, ponce et compare sa taille avec celui d’un shilling, pour qu’il soit de la taille d’un shilling. Il continue de poncer jusque dans la nuit. Il ne dort pas. Il ponce avec une pierre, une pierre noire. Il continue de poncer jusqu’à ce que le morceau ressemble à un shilling.

11. « Oraet, hem olsem nao. Bat nomata olsem, mi brekem dafi blong mi nao, bambae bihaen mi save long Mista Belo ». Hem long moning, Basiana kamdaon long Mista Belo. Kam kasem Mista Belo, hemi se :

« OK, ça va comme ça. Mais tout de même, j’ai cassé mon dafi, je me souviendrai de Monsieur Bell ». Le lendemain matin, Basiana redescend chez Monsieur Bell. Il arrive près de Monsieur Bell et lui dit :

12. « Mista Bel, mi kam daon noa. Nao mi tekem faev selen blong iu nao. Bat foa selen hemi blong iu and mekfaev mi go brekem dafi blong mi, samting tambu long mi. Nomata iu talem mi bikos hemi samting ia, fo selen blong iu hemi hed blong king blong iu, king blong iu hemi stap long hem. Bat diswan hehed blong devol blong mi tu ia. Hemi tambu from devol blong mi tu olsem king blong iu. Nao, iu mas tekem nao, bikos mi spoelem dafi blong mi nao, samting tambu mi brekem nao. An mi bin wakem fo ful naet, wanfala naet. Mi wakem gogo, delaet nao ».

« Monsieur Bell, je suis descendu. Je vous apporte les cinq shillings. Mais quatre shillings sont dans votre monnaie et pour le cinquième je suis allé casser mon dafi, qui m’est très sacré. Même si vous me dites que sur votre argent il y a la tête de votre roi. Votre roi est représenté dessus. Mais sur celui-ci, c’est la tête de l’esprit de mes ancêtres. Il est sacré, parce que l’esprit de mes ancêtres, c’est la même chose que votre roi pour vous. Vous devez accepter parce que j’ai détruit mon dafi, j’ai détruit un objet sacré. Et j’ai travaillé toute la nuit, une nuit. J’ai travaillé longtemps, jusqu’au matin ».

13. Nao Mista Belo hemi laf. Lafu finisi hemi se tu : « Oh, bastard!. Nomata fren blong mi, hemi oraet. Mi laekem. Nogud iu dium moa. Taem fo takisi iu masi faendem faev selen stret. No wandem fo iu tekem kam samfala samting olsem sela. Samfala samting olsem deferen samting. An no tokbaek long mi. Iu no tokbaek long mi bikos faef selen hemi tambu. Lo blong mifala gavman hemi putum faev selen, iu no save sensim long samfala samting ». Nao hemi givim risit long Basiana.

Monsieur Bell se mit à rire. Quand il eut fini, il dit : « Oh zut ! Ça va mon ami. J’accepte. Il ne faut pas recommencer. Au moment des impôts, tu dois trouver cinq shillings. Je ne veux pas que tu apportes des choses comme ce coquillage. Ça c’est différent. Et ne me réponds pas. Ne me réponds pas parce que cinq shillings c’est la règle. La loi de notre gouvernement dit que c’est cinq shillings et tu ne dois pas les remplacer par quelque chose d’autre ». Il donna un reçu à Basiana.

14. Nao Basiana hemi no luk fo lafu bat maen blong hem hemi nogudi from dafi blong hem samting tambu. Oraet hemi kambaek, Basiana se : « Oh, maewat! Dafi blong mi ia mi brekem, and dafi blong devol blong mi, mi brekem. Maen blong mi hemi no ting gudwan nao. Maen blong mi hemi no gud nao ».

Basiana ne veut pas rire et son moral n’est pas bon parce son dafi était sacré. Il retourne et dit : « Oh ! Quelle horreur ! J’ai brisé mon dafi. J’ai brisé le dafi de l’esprit de mes ancêtres. Je n’arrive plus à penser correctement. Mon cerveau est dérangé ».

15. Bihaen, Basiana hemi stat fo mekem toktok wetem olketa fren blong hem nao. Olsem hemi go bigmaot pipol, tokabaotem tumas samting, anda hemi tok abaot Mista Belo hemi pusum hem, pusum hem tumas, nao hemi kros, nao hemi brekem dafi blong hem hemi tambu.

Un peu plus tard, Basiana se mit à parler avec ses amis. Il se met à fanfaronner, à parler à tort et à travers, et à raconter comment Monsieur Bell l’a tellement provoqué qu’il s’est mis en colère et a cassé son précieux dafi. Voici l’histoire du dafi de Basiana.

La suite de l’histoire est très longue et je ne peux la présenter ici, faute d’espace. Elle raconte comment Basiana, très en colère, a réuni ses amis et est retourné voir Monsieur Bell. Après une grave altercation, Basiana et ses amis tuent Monsieur Bell et son détachement de policiers locaux. Il en résultat une sévère répression des Kwaio par le gouvernement colonial qui s’accompagna de profanation de sites et d’objets sacrés, de destruction de villages entiers, de l’arrestation et la condamnation à mort de nombreux guerriers Kwaio. Tout cela laissa la région meurtrie et encore plus antibritannique qu’elle ne l’avait été jusqu’alors. Cette répression marque encore de nos jours la conscience collective locale (voir Keesing 1992).

[1] Le dafi est une décoration corporelle que les guerriers et les bigmen portent sur leur poitrine suspendue à un cordon. Elle est faite à partir d’une coquille d’huître perlière géante à lèvre dorée (pinctada maxima) connue sous le nom pijin de golip. Cette coquille est taillée en demi-lune et poncée. Elle est très brillante, d’un beau jaune doré et de loin, les plus belles donnent l’impression qu’elles sont faites en or. Ces décorations ont probablement contribué à donner à Mendaña l’impression que les îles étaient pleines d’or. D’où le nom qu’il leur donna.